Archives du mot-clé scolarité et autisme

Inclusion des enfants autistes et enfants « spéciaux » ou mieux: « extraordinaires »

La question de l’inclusion des enfants autistes met en avant les problèmes d’effectif scolaire, de formation des enseignants et des Auxiliaires de Vie Scolaire (AVS) dont le nombre est en plus en déclin, de travail en partenariat école/parents/intervenants.

Encore une histoire d’autisme …

tsa droit au diagnostic et éducationVoici une enfant intelligente, très, qui bénéficie d’un 100% demandé par le médecin de l’hôpital de jour « psy » où elle est, à raison d’une journée par semaine, depuis quatre ans, et ce, sans qu’ait été posé un diagnostic (?!)

Une exception vous me direz. Pas si sûre… Malheureusement en France en 2016, les enfants autistes de haut niveau ne sont pas toujours diagnostiqués…

Sa scolarité ? Compliquée, pour ne pas dire néante… Ce qui aggrave son handicap. Trop compétente pour la CLIS où elle avait été admise à six ans et où elle ne faisait rien, elle est passée à une demi journée par semaine en classe normale puis à deux demi-journées l’année d’après, avec l’accompagnement d’une AVS. Soit 9-10 H d’école par semaine pour cette enfant au QI normal (au dessus même) qui ne comprend pas le second degré et l’implicite DUTOUT, qui a une très pauvre intuition sociale et se comporte avec toute sa spontanéité inadaptée et gênante au bon déroulé de la classe (oui par ce qu’en plus elle est très très spontanée avec un TDAH, trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité, associé).

Sa mère se bat pour qu’elle soit plus scolarisée et que fait l’Hôpital de jour ? Il signale au juge pour enfant que madame est dans le déni des troubles. Lesquels ? Il semblerait que le juge ait eu un diagnostic. Celui de troubles graves de la personnalité. De vous à moi, en psychiatrie, ce diagnostic est un écran de fumée; cela ne veut rien dire ou tout dire. C’est digne du jargon des médecins de Molière, en langage contemporain. Et pourquoi madame est dans le déni ? Par ce que maman demande que sa fille puisse avoir accès à plus d’heures de scolarité. Combien ? Une demi-journée en plus.

C’est abjecte. Je vous engage à visionner cette intéressante conférence qui parle de l’autisme avec beaucoup d’intelligence pour certains intervenants… et qui plaide pour l’inclusion des enfants autistes: Conférence d’hypocrate .