Archives du mot-clé Écran

Lettre aux parents, pourquoi j’ai écris ce livre sur les écrans

Voici la lettre insérée au tout début, j’explique mes intentions et pourquoi ce livre. Le fait est que je ne suis pas d’accord avec plusieurs experts médiatiques, notamment que la règle des 3/6/9/12 ans est racoleuse médiatiquement mais laxiste…

Être « pour » ou « contre » les nouvelles technologies n’est pas mon propos. Comment le pourrais-je ?! Les innovations techniques nous rendent des services au quotidien comme à l’école :

  • Ainsi, les logiciels ou applications sur tablette prêtent une voix à l’enfant mutique.
  • Le jeune et moins jeune en difficulté d’écriture pour tout un tas de raisons (dyspraxie, dysorthographie, autisme, trouble visuo-attentionnel), peut bénéficier de l’apport des nouvelles technologies. Il peut ainsi photographier avec son téléphone portable un cours écrit par un camarade, ou le scanné avec une souris-scanner ou un scanner de poche. L’enseignant peut enregistrer son cours sur la mémoire d’une clé USB, lui envoyer par mail. Il peut, s’il apprend, taper le cours sur un ordinateur. S’il a une dysorthographie, utiliser un logiciel correcteur d’orthographe. Si l’ordinateur n’est pas possible, il peut même dicter ses réponses avec un logiciel, type Dragon, etc.
  • De fait, la première fois que Rémy, 13 ans, a saisi une rédaction sur son ordinateur, il s’est senti profondément « soulagé » et s’est écrié : « Enfin je peux dire tout ce que je veux ! »

Je ne suis donc pas « contre » les nouvelles technologies. Ma préoccupation en tant que parent et psychiatre, consiste à établir « un modus vivendi » avec des règles claires pour guider au mieux nos enfants. Toutefois, pour se faire sa propre opinion, on se doit de s’informer et de connaître les bénéfices comme les dangers des écrans. C’est ce que je me propose de faire…

Et pourquoi moi ? Après tout, d’éminents experts, universitaires, chercheurs ou encore directeurs d’organismes numériques écrivent des livres sur le sujet et moi, je ne suis qu’une psychiatre exerçant en cabinet et plutôt spécialisée dans l’autisme.

Tout simplement parce que je ne suis pas convaincue par la majorité des livres édités en France. Mis à part un tout petit nombre de titres (voir bibliographie en fin d’ouvrage) qui ne sont pas, par surcroît, les plus médiatisés, une partie des experts tiennent un discours bien trop nuancé, parfois jargonnant, et surtout permissif sur les écrans, alors que leurs ravages se font déjà sentir ! Je souhaite apporter une information simple à des parents qui, comme moi, se soucient de l’omniprésence des écrans dans le quotidien des jeunes.

Soyons clairs, nous assistons à une révolution technologique d’une ampleur sans précédent. En comparaison, la révolution de l’imprimerie de Gutenberg fait pâle figure, alors qu’à l’époque elle avait produit un cataclysme. En cinquante ans, les premières imprimeries avaient produit autant de livres que les scribes n’en avaient retranscrit en l’espace de mille ans ! Ce qui n’est rien comparé à la productivité intellectuelle d’Internet, à la production du livre à la demande, à la PAO, et à l’émergence de l’imprimante 3D ! Mais je m’égare avec ce dernier exemple… Je suis « hors sujet ».

Nous n’avons donc pas eu assez de temps pour nous habituer et nous adapter aux nouvelles technologies qui déferlent sur les petits et les grands. Or les enfants, comme les adolescents, sont en devenir. Leur cerveau, qui n’est pas « mature », est soumis à l’influence des écrans. On le sait fort bien, et pourtant on vend de plus en plus de tablettes pour les 0-6 ans avec publicités mensongères à la clé. Il est urgent de mettre en place un « modus vivendi » pour que nos jeunes n’y soient pas asservis. Je pousse le bouchon trop loin ? Regardez autour de vous, ne trouvez-vous pas que le smartphone est un objet qui se répand comme une épidémie chez les ados ?

Si vous en doutez, reportez-vous à l’étude IPSOS réalisée en 2015 (*) : Le temps de connexion moyen à Internet est de 13h30 par semaine pour les 13-19 ans. Ben oui, qu’on ne s’étonne pas qu’ils passent une journée de vie par semaine dévolue surtout à chatter, à regarder les vidéo-clips qui peuvent être salaces voire obscènes, et autres… Bien sûr, « il faut que jeunesse se passe », mais, lorsqu’on sait que le cerveau des enfants est en devenir, cela ne vous choque-t-il pas de savoir que chez les 13-19 ans : 68 % possèdent un smartphone, 29 % une tablette (ok c’est peu, mais continuez la lecture…), 73 % un ordinateur, sans oublier : 73 % une console de jeux et 41 % la télévision ? Et tout cela, dans leur chambre ?!!! Quant aux 7-12 ans, ils n’ont rien à envier à leurs aînés…

Si l’on ne prend pas conscience des dangers des écrans, si l’on n’agit pas maintenant, alors je ne m’étonnerai pas que, dans une dizaine d’années, on propose de greffer à nos jeunes la puce de leur smartphone. Et ce, pourquoi pas, au cours d’Implant Parties** qui existent déjà.

Dans cet ouvrage, je ne vous abreuverai pas d’études statistiques à rallonge, ni d’un discours hermétique. Je ne serai pas politiquement correcte car ce n’est pas ma manière d’être. Je ferai parfois référence à des patients en changeant leur prénom, il va sans dire !

En tant que mère et psychiatre, je souhaite être la plus claire possible afin que vous ayez en main des informations et des outils pour décider par vous-même de votre conduite envers votre enfant.

Linnea Hjalmarsson, Paris, le 6 septembre 2017
pourlesparentspourleursenfants.com

P.-S. : Un point important pour lire ce « bouquin » : quand je parle des écrans, si je ne précise pas lequel, comprenez « tous », à savoir : smartphone, tablette, ordinateur et télévision.

* Étude Junior Connect’ 2015 réalisée par IPSOS sur 4000 jeunes en déc. 2014 : sources Ipsos

** Des Implants Parties existent : il s’agit d’une fête où l’on peut s’implanter une puce électronique. Pour info : http://rue89.nouvelobs.com/2015/05/16/les-implants-parties-vivre-puce-electronique-sous-peau-259217

 

Violence et écran, une histoire de neurones miroirs ?

neurones miroirs

« La violence a toujours existé. » C’est vrai. Mais la violence chez les jeunes est un véritable problème de santé publique, dixit l’OMS.Ref

Quand les « spécialistes » médiatiques affirment que les écrans et les jeux vidéo ne jouent aucun rôle sur la violence des adolescents, je me demande sérieusement s’ils vivent dans notre société?

Ont-ils des enfants de « maintenant »? Ont-ils travaillé ces vingt dernières années à l’hôpital ? Ont-ils traîné dans les commissariats et les tribunaux, autour des lycées et des collèges (pour ne pas dire les écoles primaires) ?

Regardent-ils les publicités, les clips, les séries, les films ? Rentrent-ils dans les magasins où les jeux en devanture sont les plus violents ? Et quand ils jouent, se mettent-ils à la place d’un jeune qui mitraille, qui vole des voitures, etc … pendant des heures et des heures ?

La réponse de ces experts médiatiques aux craintes d’autres experts est :

« Vous n’aimez pas les jeunes, vous en avez peur. »

Aucun danger donc ! En France, nous sommes des exceptions. Les jeunes ne sont pas touchés. Aucune influence possible. Nous sommes parfaits. Amen!

Et qu’en est-il des neurones miroirs ? Les jeunes en France n’ont-ils pas de neurones miroirs ?

Les fameux spécialistes médiatiques ne peuvent pas dire qu’ils ne connaissent pas cette haute technologie intracérébrale (ben non ils sont scientifiques). Mais qu’est-ce donc que les neurones-miroirs ?

Les neurones miroirs nous permettent de « vivre » ce que nous voyons. Je vous explique:  » je regarde Jacques planter un clou » et cette vision entraîne une stimulation dans ma caboche comme si JE plantais un clou.

Si Jacques se fait mal je le ressens mais plus ou moins, selon mon propre niveau cérébral « d’empathie-bienveillance » mais aussi selon le nombre de fois que je l’aurai vu se donner un coup. En effet, si Jacques se donne un coup mille fois devant moi, cela devient banal (voire même « chiant »). « Je n’ai plus mal pour lui »… En d’autres termes plus je vois de la violence sur les écrans, plus elle devient banale et je me « désensibilise ». 

Alors dites-moi, fort de cette connaissance des neurones miroirs, pensez-vous qu’un jeune qui passe quatre heures par jour à jouer au militaire ou au voleur de voitures et qui tabasse des gens ne se désensibilise pas à la violence ? Le jeu anti-social n’apprend-il pas à être anti-social ? Les fameux spécialistes médiatiques admettent que les jeux vidéos sont didactiques. Comment font-ils pour refuser l’impact négatif de ces jeux et accepter leur impact positif ? Paradoxal, non? J’appelle cela de la mauvaise foi. Oups! Il faut rester politiquement correct dans notre contrée. Au lieu de dire « tout va bien » « ne soyons pas réac » « nous aussi on a été jeune ! T’as oublié mémé ? », critique facile et non constructive de type « peau de banane », les spécialistes médiatiques devraient se remettre en question.

Pour aller plus loin,

  1. je vous propose de lire un article publié dans le Monde, écrit pour le coup par de « vrais spécialistes ». Ils s’indignent des recommandations publiées par l’Académie des Sciences qui , elle aussi (comme les spécialistes médiatiques) plaide pour une utilisation permissive des écrans chez le petit ! incroyable mais vrai 🙁 cliquer ici
  2. Je publierai bientôt un livre pour aider les parents à manager les écrans avec leurs enfants et adolescents…. quand j’aurai fini les corrections!!!! 🙂

 

 

 

 

Coder dès la primaire ?

J’ai été fort intéressée par les propos de l’informaticien, Leslie Lamport super-programmeur. Pourtant, il prône l’écriture comme pré-requis avant de programmer. L’écriture sur papier (mathématique j’entends) lui permet de mettre en ordre ses pensées et de les simplifier au maximum. Il compare cette activité comme une activité d’effort comme la course mais elle aussi indispensable à la pensée. D’après lui, si « les programmes d’informatiques ne fonctionnent pas aussi bien qu’ils le devraient. C’est principalement par ce que les programmeurs ne mettent pas toujours leur pensée par écrit avant de coder ». (référence:cliquer ici)

Ce qui pose question de la pertinence du projet d’apprendre à coder dès la primaire pour un soucis de « performance » car « la France n’a pas assez de gens formés ». Mais l’urgence se place-telle à ce niveau? Les enfants ne doivent ils pas acquérir les bases de ce qu’est un problème?

Ne doivent-il pas apprendre à déchiffrer l’énoncé, savoir quels sont les informations pertinentes et trouver la séquence pour trouver la solution? En fin de cm2 quel est le pourcentage d’enfant ayant acquis celles-ci?

Ne commence-t-on pas trop tôt l’abstraction? Dès le CP les enfants ne manipulent plus ou rarement en mathématique!

Combien d’enfant à partir du primaire (ou avant parfois) aime apprendre? Combien osent essayer et donc se tromper? Combien osent faire preuve d’originalité ? N’est-ce pas le goût d’apprendre, la créativité, l’enthousiasme, l’acceptation de prendre des risques, la confiance en soi qui sont des gages de « performance »? Ne sont-ce pas des valeurs indispensables pour entreprendre? (référence ici)

Ma conclusion à cette nouvelle « trop mortelle » en langage ado ou « populaire » en langage « pas de langue de bois du doc »: En France, nous mettons la charrue avant les boeufs.

et si ça vous intéresse:

Le bénéfice du renforcement positif

Les Tablettes au collège