PUNITION: CENTRALE DANS L’EDUCATION ? DOIT ON PUNIR ?


La punition est une pratique courante qui marche plus ou moins voire à la longue « pas du tout ».
Il est habituel de punir l’enfant :
– en lui retirant quelque chose qu’il aime (un jouet) ou une activité qu’il apprécie (jeux vidéo, téléphone portable, MP3) ou encore une sortie ou une rencontre amicale.
– par des cris et des interactions verbales négatives et discréditantes ou comportementales comme la fessée impulsive. Ce type de comportement est dû à « un trop plein » du parent « à bout ».
– en le contraignant à aller au coin, au piquet, dans sa chambre…
– en le contraignant à faire des lignes « je ne ferai plus..; » etc…
Moins fréquemment, certains parents gardent la méthode « qui a fait ses preuves »: la ceinture, la fessée ou gifle « non impulsives ».
Dans de rares cas, d’autres emploieront des châtiments qui relèvent de conduites perverses purement psychologiques (et/ou corporelles) et dont je ne parlerai pas ici mais qui met en danger l’intégrité non seulement physique mais aussi (et plus souvent et de façon exclusive) psychoaffective de l’enfant. Ce qui pose un vrai problème pour les intervenants éducateurs, médecins, psychiatres (…) pour protéger l’enfant si ces intervenants suspectent ces maltraitances. Car la perversion envers l’enfant n’est pas envisageable moralement et de ce fait est rarement identifiée par la justice qui préserve coûte que coûte le parent (même pervers et surtout pervers psychologique) au détriment de l’enfant. Un enfant entre quatre murs avec un (ou deux) parent pervers, que peut il faire? Mais c’est une autre histoire…
A quoi sert la punition ?
Dans notre société, en tant qu’adulte nous devons connaître la loi et c’est parce que nous la connaissons que nous sommes punis si nous avons commis une infraction après avoir été pris sur le fait ou après être jugé.
En tant qu’adulte, on peut donc se tromper sans être sanctionné. On va réparer en s’excusant, en faisant un acte de conciliation, en changeant de comportement mais nous ne seront pas sanctionnés.
Si nous avons commis une infraction à la loi, le jugement se devra d’être le plus juste. La sanction dépendra de la gravité de l’acte commis et aura valeur d’amendement auprès de la société ou pas (une amende sera demandée en plus par ex.).
Ainsi, nous avons une amende, des points en moins sur notre permis de voiture, des travaux d’intérêt public à réaliser, un emprisonnement pour protéger la société et sanctionner etc…
La punition est donc un acte qui sanctionne un comportement jugé grave et demande aussi réparation (s’amender). En tant que parent, il est donc indispensable de se demander si nous sanctionnons pour un comportement grave, « inacceptable » pour lequel l’enfant ou l’adolescent sait qu’il est répréhensible et connait la sanction? Et si oui sommes-nous justes ?
La punition ne peut donc être au centre de l’éducation de l’enfant, lequel apprend à vivre selon des règles qui  changent  en fonction de son âge… L’enfant apprend et donc mérite d’être incité, motivé et récompensé pour son apprentissage et l’effort fourni (utilisation des bons points ou « économie des jetons« ). Il doit aussi être guidé (les routines sont une bonnes alternatives). Quand doit-on punir? Quand une règle grave est enfreinte mais toujours punir avec parcimonie et avec justesse. Quand et comment? j’en parle au « numéro » suivant…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *