Prise en charge du TDAH non médicamenteuse

Le TDAH ne se diagnostique pas avant six ans même si le profil clinique de certains enfants, dès deux ans, peut faire évoquer ce diagnostic (surtout quand ils sont très « moteurs »). Cependant, la suspicion de TDAH (avant six ans) comme le diagnostic après six ans, sont indispensables pour permettre aux parents de mieux comprendre et par la même d’appréhender au mieux les comportements de leurs enfants.
Le TDAH n’est pas une maladie. Cela donne souvent des gens sensibles, imaginatifs, curieux, enthousiastes, pleins d’énergie, créatifs. Mais cela pose aussi une foule de problèmes notamment sur le plan éducatif qui peuvent avoir des conséquences désastreuses sur la confiance en soi de l’enfant, sur son développement et ses acquisitions, sur sa relation aux autres et à ses proches. Ces problèmes se répercutent en plus sur la sphère familiale (fratrie), sur les parents, parfois même sur leur entente mutuelle. Le regard de la famille élargie et de différents groupes sociaux est fréquemment discréditant sur les qualités de parents, poussant souvent ses derniers à s’isoler. En effet, les comportements que présente l’enfant TDAH sont très souvent interprétés comme l’incapacité des parents à élever leur enfant.
Nombreux sont les parents qui évitent ainsi le square après l’école car ils ne supportent plus d’entendre des propos tenus comme « Le fils Untel, encore lui! », « Vous ne savez pas tenir votre enfant! » , etc…
La famille élargie peut tenir des propos similaires et refuser le diagnostic de TDAH.
Les parents qui ont eu affaire à un de leurs enfant colérique, se roulant par terre dans la rue ou un magasin, connaissent ce petit regard réprobateur à leur encontre, jeté par les passants qui « eux » « ont tout compris ».
A ce sujet, le témoignage d’un couple de parents d’une famille de six enfants est instructif. Les aînés ont tous fréquentés la même école maternelle et primaire, à l’exception de la benjamine, Mathilde, qui a fait une autre maternelle avant d’intégrer la même primaire. Depuis toute petite, Mathilde remue, parle fort, n’écoute pas les consignes. Tout au long des années de maternelle, les parents ont été convoqués à maintes reprises et ont subi les remontrances du corps enseignant qui les jugeait trop laxistes avec la petite dernière. A l’entrée au CP, Mathilde s’est retrouvée dans la classe d’une maîtresse qui connaissait bien la fratrie et ne s’est pas arrêtée à cette conclusion de « petite dernière gâtée », qui était repris en d’autres termes par les psy consultés par les parents. Le fait est, que oui Mathilde est une très mignonne petite dernière qui avait su faire craquer un temps les parents , mais surtout avec elle, aucun des moyens employés pour les aînés, ne marchaient. Et le fait est que Mathilde a un TDAH très intense et déjà des blessures narcissiques de la maternelle…
L’éducation d’un enfant présentant un TADH n’est pas de tout repos! En effet, le parents sont confrontés , selon les enfants, à des scenarii multiples :
  • Une énergie débordante, ils semblent « sur pile » comme un lapin d’une ancienne publicité, du matin au soir rendant les parents épuisés…
  • Des « monsieur plus » et des « madame plus » qui veulent toujours plus et ne sont jamais satisfaits…
  • Des enfants d’une intolérance foudroyante les transformant en Hulk…
  • D’autres vont refuser des aliments qui ne leur plaisent pas, ne manger que du sucré…
  • D’autres sont lents, voire très lents car ils vagabondent sur un astre inconnu de nous… et oublient les routines…
  • D’autres zappent tout le temps…
  • D’autres réagissent fortement aux émotions qui les submergent tels un raz de marée …
Il est rare que les parents soient préparés à être parent mais quand ils ont des enfants TDAH, être parent devient un défi de chaque instant. En effet, il faut rester calme et bienveillant en toute circonstance. Or, si votre enfant se jette par terre pour la sixième fois de la journée pour une frustration ou un mal être que vous ne saisissez même pas, il faut une dose de zenitude inépuisable!
Le fait de savoir que notre enfant est submergé et « ne le fait pas exprès » aide le parent à rester bienveillant. Le fait de comprendre comment il fonctionne permet aussi d’éviter certains pièges, de préparer l’enfant à des situations déstabilisantes, l’aider à dépasser ses travers qui l’épuisent et le dévalorisent à ses propres yeux.
Après avoir éliminé une cause organique (comme une activité épileptique qui peut néanmoins s’associer aussi au TDAH), et avoir recherche des troubles associés, il est donc important, avant six ans quand le diagnostic est suspecté, comme après six ans, que les parents soient informés, voire coachés, sur les difficultés que peuvent rencontrer les enfants TDAH pour qu’ils puissent pallier, aider et être vigilants. Ainsi, selon les enfants et l’intensité des troubles, les parents mettront en place:
  • La prévention des transitions.
  • L’organisation temporo-spatiale: routines de vie, planning de la semaine.
  • Travailler sur les limites, la frustration par des mesures éducatives+++ avec des formulations et renforcement positif, limiter les punitions (en sachant: à quoi sert la punition et comment punir)
  • Travailler la valorisation rationnelle cohérente!
  • Lui apprendre à gérer son impulsivité, sa colère, sa déception à distinguer (comme vous) le besoin du désir….
  • Lui éviter l’hyperstimulation et l’aider à gérer les écrans (téléphones portables, TV, etc….)
  • A l’école, être vigilent et communiquer voire, au besoin, mettre en place un PAI, ou PPS.
En plus des mesures éducatives et de la gestion affective, d’une adaptation de leur scolarité en fonction des troubles, les enfants peuvent bénéficier:
  • La psychomotricité peut aider l’enfant à canaliser son impulsivité.
  • L’orthophonie: comme la psychomotricité si un trouble est associé (dyslexie…) et chez certains enfants, l’impulsivité cognitive est telle qu’ils ont un vocabulaire restreint. Ce qui les empêche de développer des capacité d’analyse propre , indispensables notamment pour gérer ses émotions, et aussi se remettre en question…
  • La psychothérapie individuelle avec un travail sur l’anxiété (de performance, sociale etc…), sur la gestion des émotions, développant des capacité d’analyse individuelle.
  • La psychothérapie de couple ou/et familiale.
Il reste que dans certaines situations, il faudra adjoindre le traitement médicamenteux, lequel ne peut se substituer à toute la prise en charge énoncée , mais qui est une formidable aide pour certains enfants et adolescents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *