MESURES COMPORTEMENTALES EDUCATIVES: L’ÉCONOMIE DES JETONS OU DES BONS POINTS

L’enfant souffrant de TDAH est plus impulsif, intolérant à la frustration et attaché au plaisir que la moyenne. Ce qui entraîne des conflits plus fréquents entre les parents qui tentent d’imposer des limites et les enfants/adolescents qui les supportent encore moins ou qui demandent encore plus que la moyenne. Or les limites sont indispensables pour l’équilibre psychoaffectif de l’enfant et pour son insertion sociale. (attention, je ne parle pas de limites rigides…)

Pour aider l’enfant TDAH à respecter les limites et donc à faire des efforts, il est judicieux d’utiliser « son moteur » (sa motivation) qui est l’attachement au plaisir. Pour cela, les jetons, les bons points ou les images sont des formidables alliés. Dans le cas des adolescents, cela peut être de l’argent familial (monnaie inventée) ou encore « des crédits ». Pour connaître « l’esprit » de cette méthode, je vous engage à lire l’article Plaisir d’apprendre: Inné?…


Revenons donc à nos jetons… Comment les utilise-t-on?
  1. Il faut déjà définir « la limite », à savoir ce qu’on demande à l’enfant. En effet, la demande claire est indispensable pour que l’enfant puisse la suivre. Elle doit être concise et limitée, à savoir « absolument pas ambitieuse ». Et lui demander ce que l’on souhaite
  2. Quand celle-ci est définie (une à trois demandes maximum), on met en place le nombre de fois dans la journée où on va noter le bon respect de la règle établie, en d’autre terme l’effort accompli. En effet, à chaque fois que l’on note le respect de cette règle, l’enfant reçoit un bon point/image (etc…).
  3. on détermine ce que les bons points font gagner (et le nombre) : jouer à un jeu de société, quinze minutes de jeux vidéo, un repas préféré, dix minutes de plus pour le coucher etc…
  4. Enfin, on applique les vérifications (2.) et on donne les bons points/jetons en temps et en heure. Ce qui demande au parent de la persévérance. Mais elle est « payante » alors !…

Voici un exemple:

Camille peste à chaque fois qu’elle se met à ses devoirs. Sa mère lui a montré pourtant que pester fait perdre cinq bonnes minutes (avec une montre). Camille continue pourtant à grogner , à crier que sa mère « est méchante ». Et quand elle commence ses devoirs, elle continue à se plaindre. Après son temps de repos (elle travaille deux fois vingt minutes avec une pause de quinze minutes: temps de pause établi avec elle), elle a à nouveau du mal à s’y remettre et à nouveau, sa mère subit son comportement. Camille perd ainsi beaucoup de temps alors qu’elle pourrait s’amuser et elle entretient un ressenti négatif des contraintes… qui alimente une cognition « du verre à moitié vide ». L’économie de jetons a alors été établi ainsi :

1 Commencer à l’heure (définie à chaque fois en fonction de l’heure de retour à la maison)
2 Etre respectueux
3 Faire des efforts
4 Reprendre à l’heure après la pause de quinze minutes
5 Etre respectueux
6 Faire des efforts

Les demandes ont été faites en divisant les tâches. 1.2.3 sont identiques à 4.5.6 mais ce tableau permet à Camille de suivre le déroulé de ce qui lui est demandé. Elle gagne ainsi à chaque fois six bons points.
Elle peut choisir ainsi diverses activités:
Un bon point : Elle peut écouter trois musiques sur le mp3 de ses parents, jouer au jeu de cartes « la bataille » avec son père ou sa mère.
Deux bons points: quinze minutes de jeux video le samedi ou le dimanche (en sachant que maximum trente minutes autorisées ces jours-là) ou un feuilleton le mardi soir/le mercredi matin ou le samedi (en ce moment elle regarde Familly Adams, 20′)
Trois bons points : elle peut choisir un repas préféré à condition de le prévoir trois jours à l’avance pour pouvoir faire les courses! (ce qui aide l’enfant à planifier)
Autant vous dire que Camille a de suite mis en application, son réveil sur le bureau, et a gagné à chaque fois les six bons points…
Et si elle n’avait pas respecté? Et bien l’étape non respectée ne donne pas droit au bon point dévolu à cette étape (sans cris…). Mais il ne faut pas se décourager!!!!
En effet, la persistance des parents est un gage de réussite ainsi que recevoir rapidement une gratification pour l’enfant qui fournit un effort.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *