Archives pour la catégorie Retard Mental

Le Trouble du Spectre Autistique et l’humanisme

En psychiatrie et notamment dans la psychiatrie de l’enfant, on comprend différemment la pathologie à l’heure actuelle. Et il serait bon que les psychiatres comme les psychologues et autres intervenants s’y mettent!

Il existerait une infinité de combinaisons entre le « Normal » et le pathologique, dans le nombre des caractéristiques exprimées comme dans leur intensité. Nous parlons dorénavant en SPECTRE.

Dans le cas de l’autisme, la terminologie en a été changée. Nous parlons donc du Trouble du Spectre Autistique ou TSA.

Cette vision nouvelle est dynamique. Elle permet de mieux comprendre le fonctionnement de certains enfants, qui n’ont pas un autisme aussi caricatural que celui connu et médiatisé mais qui posent de réels soucis à leurs parents et aux enseignants. D’autant plus qu’ils sont plus tardivement diagnostiqués voire jamais diagnostiqués…

Le TSA caractérise un fonctionnement particulier de l’enfant/adolescent/adulte qui s’articule sur trois sphères:

  • Trouble de la communication: ce qui peut être « subtile » car l’enfant peut savoir très bien parler mais la fonction de « communiquer » est perturbée.
  • La permanence de l’objet : besoin plus ou moins d’un quotidien ritualisé.
  • Trouble de l’interaction à l’autre: relation à l’autre inadaptée (peu ou pas d’intérêt, trop de familiarité, compréhension sociale décalée)

Au fond, les critères du TSA extraient la « substantifique moelle » de ce que Kanner avait remarqué en son temps. Il avait eu le génie de synthétiser, d’extraires de comportements qui paraissaient différents des traits similaires. A l’époque la psychiatrie de l’enfant n’existait pas vraiment. Il en est un peu le père en rédigeant un premier traité de psychiatrie de l’enfant.
Après plusieurs années de « tatonnements », on revient au fond aux origines… A l’exception que notre observation est exercée et plus fine pour des troubles plus légers. Bientôt et par ce que l’on continue de chercher et de comprendre, une autre vision naîtra. Car nous allons de l’avant. 

Comment alors expliquer l’ébullition dans les milieux de la psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent en france? Ils refusent tout simplement le changement. Ils ont atteint un équilibre et, comme tout système, ils refusent de changer. Ils justifient aussi leur raison d’être, leur poste sous couvert d’humanisme envers les patients.
Mais comment peut-on encore se targuer d’humanité ? Quand on met en priorité l’arthérapie avant l’éducation pour un enfant ayant une déficience mentale (non évaluée du reste, ni explorée)? Comment peut-on répondre avec aplomb au parent « Ce n’est pas de moi mais de votre enfant dont on parle. » Quand ce parent tente de comprendre pourquoi l’arthérapie et non l’école, et qu’il vous demande avec beaucoup de claire voyance « Si c’était votre enfant, après sept ans de suivi, vous ne voudriez pas savoir ce qu’il a ?« 

Le soin ne doit pas outrepassr sa place. Nous ne sommes pas des magiciens. Tout enfant a le droit de recevoir une éducation adaptée. La lui refuser sous prétexte de soins revient à rajouter à son handicap.