Archives pour la catégorie FILM

COMMENT JOUER AVEC UN ENFANT ? ET AVEC L’ADOLESCENT?


Le jeu permet de se distraire, d’apprendre, de développer des nouvelles compétences. Il est aussi un formidable médiateur de communication, entre les participants, notamment parent et enfant. Le jeu est un temps de rencontre, de partage, de plaisir commun qui oeuvre pour une meilleure relation entre le parent et l’enfant. Il participe au sentiment de l’enfant de compter pour son parent.
La fin du film de Mary Poppins en témoigne : les parents très pris par leur quotidien abandonnent leur tâches respectives pour passer un temps avec leurs deux enfants en les aidant à faire voler le cerf volant avec lequel ils fuyaient les nounous en début du film. Maintenant qu’ils comptent pour leur parent, nous nous doutons qu’ils ne feront plus la « peau » à la nanny… Alors jouer avec vos enfants, et surtout s’ils s’opposent ! Par ses bêtises, ses crises, ses refus intempestifs, l’enfant demande plus d’intérêt de votre part. Intérêt qu’il obtient par un comportement inadapté et qui risque donc de perdurer…
Mais comment jouer avec son enfant? Ce n’est pas toujours si simple! Je vous propose quelques règles éprouver en thérapie ( règles qui sont aussi des limites claires) :

Il faut plannifier des temps de jeux hebdomadaires dont la fréquence dépend de l’âge de l’enfant, de votre emploi du temps…En effet, il est important de ne pas être dérangé pendant ce temps qui est dévolu à l’enfant. Exit téléphone portable/fixe, petite soeur espionne, rosbif au four, etc…

La durée du jeu est limitée dès le début. Quinze à vingts minutes. Pour cela, on peut utiliser une horloge. 

Les autres enfants de la maison devront respecter ce temps (dont ils bénéficieront à un autre moment). La durée permet ainsi d’être réaliste avec les nécessités de la vie quotidienne et les autres membres de la famille. Le parent peut plus facilement se concentrer sur l’instant. L’enfant saura que son temps à une fin et donc l’acceptera plus facilement (pas toujours au début s’il est très intolérant à la frustration) puisque ce temps de jeu sera répété un autre jour.

L’horloge permet de matérialiser le temps pour l’enfant et qu’il ne reste pas sur une impression de « on vient juste de s’y mettre ».
L’activité de jeu est choisie par l’enfant : voitures, playmobiles, jeux de société, dessin, coloriage, pâte à modeler etc…. Si l’enfant ne choisit pas, certains thérapeutes proposent de choisir une activité ennuyeuse pour que la fois d’après il choisisse. Pour ma part, je serait d’avis de lui demander de choisir dans une liste. Ce qui est une bonne option si vous n’aimez pas certains jeux: il vaut mieux que vous lui proposiez dans une liste de jeux que vous appréciez. En effet, l’enfant saura si vous éprouver du plaisir ou pas à jouer et l’associera « à jouer avec lui ».
Dans le cas d’un jeux d’imagination, il est intéressant de suivre l’enfant, de l’imiter, de lui demander conseil. Dans certains cas vous les regarderez jouer ou dessiner. Vous pouvez alors commenter ce qu’ils font, valoriser, remarquer les progrès, l’intérêt pour un sujet, leur poser des questions… Vous pouvez aussi faire des dessins communs.
Les jeux de société à deux sont plus rares (il y a les cartes!). Petit aparté: En famille, il convient, en plus des jeux classiques, de faire des jeux coopératifs qui favorisent l’entraide. Il y a aussi des nouveaux jeux qui développent la communication inter-générationnelle comme un brin de jasette.
Et pour l’adolescent?

Il joue aussi ! L’adolescent a besoin de partager du temps avec vous. L’intérêt que vous lui porter est aussi important que pour l’enfant. S’intéresser à ses engouements du moment. Il peut vous initier à un jeux vidéo, vous faire découvrir des musiques, des clips, des séries, des films…Ce qui peut amener à une discussion sur les contenus, développer son esprit critique. L’horloge est alors remplacée par la montre….

CONSEILS POUR SUPERVISER L’UTILISATION DES ECRANS (TV, NET, GSM…)



C’est un vrai casse-tête ! Dès cinq – six ans nous sommes confrontés à ce lobby machinchouette-higt-tech et avec les années cela se complexifie… Le problème principale est que nous ne savons pas nous même nous en servir! Si nous étions « pro », nous pourrions plus facilement mettre en place un modus utilitaire mais nous sommes nous même assaillis pour ne pas dire ensevelis dans ce marasme commerciale et technologique!

Dans cette jungle, rappelez vous déjà votre rôle de parent.  Et cela, quand bien même vous faites l’objet d’un harcèlement sociale-publicitaire avec le rejeton en prime! N’oubliez pas non plus que l’ennui ne tue pas et que votre jeune peut même trouver des solutions à cet ennui!

Puis, voici quelques conseils d’un pédopsy confronté aux écrans, dans son quotidien de professionnel et de parent :

La télévision:

Je vous conseille de regarder toujours avec lui la première fois et plutôt un DVD que la télévision. Vous pouvez ainsi contrôler ce qu’il voit et partager avec lui cette expérience en parlant avec lui de l’histoire, de ce que ressent le protagoniste (il apprend ainsi à nommer des émotions), de ce qu’il comprend, de ce que lui -même aurait ressenti ou fait à la place de… (de développer son esprit critique!).
Et surtout ne jamais lui mettre une télé dans sa chambre!!! Pourquoi pas un frigo et un micro-onde? Ne vous étonnez pas alors qu’il ne sorte plus de sa chambre…

A partir de trois ans: une émission adaptée comme les « Teletubbies ». Puis des histoires d’enfants ou d’animaux (« Franklin »,…) en dessin animée… Mais sachez qu’on les trouve en livres …

Pour les primaires: Les fin d’après-midi où il n’y a pas d’école le lendemain par exemple. Un feuilleton. En effet, préférez des séries qui sont courtes et racontent une histoire avec des valeurs : « Les Mystérieuses cités d’Or », Il était une fois le corps humain. « La petite maison dans la prairie » est gorgée de bons sentiment et mélo mais les enfants (les garçons peuvent aussi se passionner à partir de sept/huit ans) apprennent dans les quatre premières saisons la vie difficile, la pauvreté, l’amitié, la maladie, la morale… Le livre existe aussi et peut être addictif pour les huit neuf ans, et pas que pour les filles !

C’est aussi un moyen de leur faire découvrir ( et de faire partager avec eux) nos séries ou nos films préférés (même en noir et blanc!) : « La guerre des boutons », « Bébère et l’omnibus », « Le ballon rouge », « Le distrait », « Le jouet », etc… (voir page)
Pour les collégiens et les lycéens: profiter de films ou de séries à leur faire découvrir, dans un but de partager des plaisirs ensemble et aussi de leur faire développer un esprit critique (« Va, Vis, deviens » par ex…, )


Les jeux vidéos :

Mon conseil princeps : le plus tard sera le mieux!

Second conseil : Munissez-vous d’une grosse horloge et restez vigilant le temps imparti!

Troisième conseil: Regardez vraiment le jeu pour vous en faire une idée: est-ce violent, Est colporteur de valeurs antisociales ???? 

A partir de 8 ans (compatible aussi à douze/treize ans !): 2 séances de 15 min ou une séance de 30 min le samedi et le dimanche. 


Le mercredi en plus? à partir de onze ans.


A partir de quatorze ans, on peut négocier une à deux séances de trente min samedi-dimanche si la vie « est très ennuyeuse »….

Attention le temps passé à la Doxx-truc ne se dissocie pas de celui passé à la Game-bidule !

Le téléphone portable :

Dur-dur ! Beaucoup le reçoivent à l’entrée en 6ème; Il semble que cela devienne une sorte de passage, de rite, comme l’appareil dentaire…. Pour ma part, ce n’est pas claire concernant l’âge de début… Cela dépend aussi de la situation familiale. Les enfants de parents divorcés profitent de l’usage du portable quand cela reste parcimonieux et contrôlé.  

Il faut en tout cas être intransigeant sur certaines règles et cela jusqu’à 18 ans et plus! Mais normalement ils l’auront intégré si vous vous conformez aussi !!!  (cela concerne donc aussi les parents) :
  • Le téléphone n’existe pas pendant les cours et le temps des devoirs. « Il n’a pas été inventé! »
  • Au cours des repas, on ne répond pas au téléphone (portable ou fixe)
  • Le soir, le téléphone « se couche aussi » et reste à sa place, assigné, éloigné de la chambre de son possesseur qui peut lire ainsi puis dormir sans être perturbé…
  • Pas de photos érotiques ou plus!!!!!! à son chérie ou ses copines et encore moins à ses ennemis: donc à personne/

INTERNET
Internet, comme la télévision, est le réservoir d’images d’une violence inouïe dans tous les domaines, voire plus! Alors comment leur laisser la commande de ce paquebot?

Le filtre parental est une chose indispensable: 
oui pour le « filtre » sur l’ordinateur mais aussi soyez le filtre physique jusqu’à treize ans- quatorze ans. Il vaut mieux rester à côté (jusqu’à douze ans) puis dans les parages….

L’usage d’internet doit rester codifié : 

  • D’aide scolaire : pour profiter des supports d’apprentissage interactif dans certaines matières, par exemple d’exercices de grammaires interactifs qui peuvent permettre à l’enfant de faire son travail de manière ludique mais il faut alors rester près de lui.
  • De recherche culturelle ludiques/fantaisistes: d’images ( le japon, les fêtes scandinaves…), des musiques que l’enfant écoute…En regardant avec lui et en partageant avec lui notre goût et le sien, en le faisant réfléchir, en lui donnant notre sentiment… 
  • Concernant les jeux. Les conseils sont les mêmes que pour les jeux vidéos. Toutefois, je vous mets en garde contre les jeux en lignes MORPG. Ceux-ci sont potentiellement plus addictifs et peuvent entraîner des troubles du comportements (vols de carte bleues, isolement…). 
  • Concernant les adresses mails/ chats: l’adresse mail ne devrait pas être créer avant douze ans. Avec celle-ci, ils peuvent envoyer des messages à leurs amis et chater. Il vaut mieux leur donner de très très courtes plages horaires: quinze à trente minutes les jours où il n’y a pas école. Ils ne s’habitueront pas à passer des heures et des heures pour se dire au final pas grand chose.
  • Pour facebook:  A quatorze -quinze ans, facebook est incontournable pour l’instant (mais bientôt ce sera google plus ou Tartampion) et n’est qu’une projection de leur profil mail « après tout » … Alors pourquoi pas? Mais à certaines conditions…Il faut leur apprendre à se préserver en les aidant à bloquer leur profil, leur expliquer pourquoi ils doivent prendre pour ami QUE de VRAIS amis, qu’ils connaissent dans la VRAIE VIE et qui sont bien des amis (les messages sur le mur sont indélébiles et le harcèlement sur Facebook existe). Le temps passé se superpose au temps passé avec le mail : on choisit mail ou facebook mais pas les deux!
  • Les sites d’adolescents ou autres fans: dangers+++ Beaucoup de prédateurs (comme dans les jeux en lignes avec rencontres virtuelles des participants). Quinze ans semble donc un âge correcte en restant très vigilant et en le mettant en garde (pourquoi pas avec un article de magasine, un documentaire, film…) sur les dangers des chats avec inconnus, les rencontres… Je vous engage à lui demander de vous tenir au courant s’il veut rencontrer « un ami » fait sur un site (donc tenez vous au courant en parlant ensemble…) et de décider ensemble si c’est possible ou non et comment…    

L’ordinateur portable:

Sept ans n’est pas un âge raisonnable mais douze ans non plus. Et pourtant force est de constater qu’ils poussent bien tôt dans les chambres des enfants « pour les aider à faire leur recherche scolaire ». Ne doivent-ils pas apprendre déjà dans une bibliothèque avec des livres? L’information sur internet est à recouper avec d’autres infos! Mais comment faire si un prof leur demande un travail détaillé, une bio pour le lendemain? Faut-il le faire avec eux sur l’ordi ou s’indigner devant le prof qui ne tiendra du reste pas compte de votre indignation…

Internet est une jungle avec des bêtes féroces, pourquoi les y envoyer si jeunes? Et puis doivent-ils regarder tous les feuilletons, clips sexuels-vulgaires-violents? Connaître les dernières horreurs en images?

S’il faut donner un âge « raisonnable », peut être que quinze ans est un âge correct… Mais surtout il faut mettre en place les mêmes conseils que ceux donnés pour l’utilisation du téléphone portable à la maison… Comme ceux des jeux et des films et bien sûr pour le Net, ci-dessus.


DERNIER CONSEIL GLOBAL: N’oubliez pas que le PLAISIR SE GAGNE. Et… 
Que les nouvelles technologies servent aussi l’APPRENTISSAGE!

LE TROP BON PARENT N’EST PAS SI BON… EXEMPLE DANS CORALINE

Et oui les bons parents ont des défauts ! Nous devons acceptés nos limites. Nos enfants apprendront aussi que leur parents nee sont pas tous puissants.

(Illustration. CORALINE. Scénar Henry Selick , Neil Gaiman. Réal. Henry Selick.)