Archives pour la catégorie ACTIVITES

SAVOIR DISTINGUER BESOIN DE DÉSIR … Et savoir répondre aux demandes de son enfant/adolescent.


En tant que parent, nous devons subvenir aux besoins de notre enfant, que l’on pourrait résumer par l’amour, le respect, l’écoute et la guidance éducative ( développer son esprit critique en fait partie).

L’enfant ou l’adolescent, a-t-il besoin (pour « souffler » après l’école) du dessin animé du midi en semaine ? De la console de jeux ? De chamallows crocos chocopouettes et autres friandises ?… La liste est longue de ces désirs déguisés en besoin.
Car la myriade de sollicitations et d’offres dans notre monde de surabondance entraîne une confusion entre la notion de besoins et de désirs. Le besoin est indispensable au développement de l’enfant alors que le désir ne l’est pas. Le désir n’est donc pas un dû mais le plaisir que l’on en tire adoucit notre vie. Les paroles de la petite chanson de Mozart en témoigne : « Je préfère les bonbons à la raison ».
L’enfant ou l’adolescent a le droit de désirer et de chercher à satisfaire son désir à condition que celui-ci soit adaptéEn cherchant à se satisfaire, il apprend seul et acquiert des nouvelles compétences. Il s’autonomise.
Quand ses désirs sont inadaptés, notre rôle de parent est encore moins une partie de plaisir pour lui ou pour nous mais est indispensable. Nous devons l’aider à y réfléchir voire nous devons nous y opposer. Un bon parent ne satisfait pas tout.

Et c’est la question qui taraude bon nombre de parents: dois-je refuser la dernière console? Le sac-le-plus-cher-du-collège? Car SERAIS-JE UN BON PARENT?
Reprenons le début : les parents se doivent d’apporter amour, respect, écoute. Pour savoir si vous êtes un bon parent, « un parent qui fait au mieux », posez-vous les bonnes questions :
Votre enfant a-t-il une chambre? Mange-t-il à sa faim ? Est-il en bonne santé? Va-t-il à l’école? a-t-il des amis? A-t-il des jeux? A-t-il droit de jouer? Exprimez-vous verbalement et par des gestes tendres votre amour pour lui? Respectez-vous son intégrité physique et psychique? Jouez-vous avec lui de temps en temps? Prenez-vous du temps pour parler avec lui? L’écoutez-vous quand il se plaint et vous demande de l’aide? Lui offrez-vous des cadeaux dans les occasions importantes?…

Comment alors répondre à la demande de l’enfant/ado? Déjà en prenant notre temps ! Il faut s’interroger et l’interroger dans un second temps sur l’activité ou l’objet qu’il désire :

est-ce bon pour lui ? À savoir : Est-ce de son âge?

La télévision avant trois ans n’est pas indiquée. Les films violents provoquent des peurs, des angoisses en fonction de l’âge et du type d’enfant (très imaginatif, l’enfant aura plus de peurs, de troubles du sommeil).
Des temps de jeux vidéo trop longs favorisent la survenue de crises d’épilepsie. Après un temps de jeu vidéo chez l’enfant hyperactif, les parents remarquent en consultation l’exacerbation d’une agressivité.
Le contenu de ces jeux peut être violent, voir extrêmement violent, et malgré les interdictions en fonction de l’âge, les magasins de jeux n’hésitent pas à vendre à des enfants de dix ans des jeux interdits au moins de dix huit ans !!!!

Est-ce compatible avec sa santé?

Savez-vous que la luminosité des écrans diminue la sécrétion de mélatonine, un neuromédiateur qui informe le cerveau qu’il est l’heure de dormir. Une sorte de marchand de sable intégré! Le problème est que chez certains enfants le pic en mélatonine de base est déficient. Ce qui entraîne plus de difficultés à s’endormir…
Le temps passé devant un écran est corrélé au poids et au manque d’exercice physique: la sédentarité est favorisée par la pratique de jeux vidéo, internet… On peut donc se demander si cette pratique est adaptée aux enfants diabétiques, en sur poids ?….

Est-ce compatible avec la vie de famille, la vie amicale, la vie sociale (voire les apprentissages)?


Certaines activités isolent grandement de la vie familiale et sociale : l’enfant refuse les sorties pour passer du temps sur sa console le week-end…Ne pas avoir certaines affaires, signes de reconnaissance du groupe, peut être mal vécu dans des établissements scolaires très sélectifs….Cette pratique habituelle au collège est malheureusement entrain d’envahir la cours de récréation des primaires!





Est-ce compatible avec la vie d’écolier/collégiens/lycéens ? Avec le temps consacré aux devoirs, à la lectures, à la rêverie, à la musique, au sommeil…? 





Est-ce compatible avec le budget économique familial? Pouvez-vous vous permettre un tel achat? Ne doit-il pas participer à celui-ci? Est-ce tout simplement irréalisable pour vous?





Est-ce respectueux de lui? De vous? Des autres?

Si la réponse est favorable, l’enfant ou l’ado doit se plier à des règles dépendantes de son âge et qui l’aident à apprendre à réguler l’activité comme le temps passé sur un jeu d’écran, sur msn, sur le téléphone portable… Savez-vous que le soir (et oui les textos illimités!) les ados peuvent recevoir 500 sms voire plus ? Savez-vous que bon nombre regardent la TV dans leur lit grâce à leurs bidules performants miniaturisés que vous lui avez offert pour téléphoner ?

Enfin, il doit fournir des efforts pour obtenir ce qu’il veut ! L’obtention d’un objet/activité est bien plus gratifiant quand on l’achète avec l’argent gagné ! Ces efforts peuvent être :

De devoir contribuer financièrement en faisant « des travaux d’intérêts familiaux », en faisant un petit job (baby sitting, …).





De fournir un nombre spécifique de bons points ou tickets ou jetons. Ces bons points sont gagnés en fournissant des efforts pour lui et pour la famille : devoirs, des tâches ménagères ou familiales; comme aller chercher son petit frère les soirs où vous avez besoin qu’il le fasse, ranger ses vêtements, sa chambre, mettre une machine, le couvert, faire le repas, sortir le chien, faire la litière du chat, nettoyer la baignoire, les WC, passer l’aspirateur, etc…

Et s’il vous dit que vous êtes ringard? Souriez tous les parents passent par là! 

La prochaine semaine, je donnerai quelques conseils en fonction de l’âge… sur la télévision, les jeux vidéos, le téléphone portable…

QUAND L’ANXIÉTÉ DE SÉPARATION APPARAÎT: COMMENT LA GÉRER ?

Lorsque l’enfant souffre d’anxiété de séparation. Il est bon d’utiliser le rituel et le doudou :


. Quand vous partez il vaut mieux mettre en place un petit rituel court. La répétition est rassurante pour l’enfant. Elle lui signifie que ça recommence/ ça revient. 
. Le doudou ou parfois les tétines-doudou (certains enfants en ont plusieus attachées entre elles) est un objet « familier » qui fait donc partie du groupe « familier » qui accompagne l’enfant et qui reste avec lui. Il l’accompagne à la crèche, chez la nounou mais aussi chez papa ou chez maman s’ils sont séparés.
Surtout, faites attention à ne pas trop le rassurer quand vous partez. Il pourrait lui-même s’inquiéter si vous le rassurez trop! Le message que vous lui envoyez serait « tu as raison d’avoir peur ». il faut donc l’informer et lui dire que vous allez revenir. Vous pouvez aussi parler de toutes les bonnes choses qu’il fait à la crèche ce qui permet de positiver l’absence. En effet, il « profite  » aussi sans vous. Il est donc important de ne pas utiliser la crèche comme une punition! 


Attention aussi à une erreur souvent faite: quand l’enfant exprime sa peur, si vous lui dites « mais non » ou lui donner une réponse « va jouer avec Mimi la souris », il ne se sentira pas écouté et ne pourra pas apprendre à puiser dans ses propres ressources.  Il pourra aussi penser qu’il n’a pas le droit d’exprimer sa peur qui sera tue ou exprimée uniquement par la colère… Il vaut mieux confirmer que vous avez entendu sa peur mais que vous lui faites confiance; vous pouvez lui demander de penser à ce qu’il va faire de bien (sans vous). Ce n’est que dans un second temps, que vous lui proposerez des exemples s’il n’a pas d’idées. Ne soyez pas un trop bon parent!  
Enfin, le jeu est intéressant. Il se fait en dehors de la séparation. On joue à la permanence de l’objet en cachant un petit cube dans un autre grand cube devant lui et en s’extasiant qu’on le retrouve tout de suite! On joue à éteindre puis allumer la lumière,  à sortir d’une pièce puis à rentrer etc…

LE PERMIS POUR LA VOITURE ET POUR LE TELEPHONE, LES CONSOLES, L’ORDI, LES FEUILLETONS TV… ?


A une époque, nous pouvions conduire une voiture sans permis… C’était une autre époque!

Mais après bien des accidents (et oui même avec une vitesse digne de celle d’un escargot ça arrive !), une idée a jailli : il faut apprendre à conduire. A savoir: Apprendre à s’en servir. Alors quand les enfants, les adolescents me disent qu’il « faut vivre avec son temps », je leur réponds « Oui bien sûr mais il faut avant « apprendre à vivre avec son temps ».

Adultes, apprenons déjà à nous servir de ces engins puis enseignons le à nos descendants…
Mais attention la voiture s’apprend à partir de 16 ans (accompagnée), et sinon à 18 ans. Il faut donc bien un âge pour le téléphone portable, le portable ordi, les consoles à disposition, les jeux pour consoles ou ordi interdits au moins de 18 ans achetés à huit ans, et d’autres bidules ….

UN BRIN DE JASETTE !

Rien de tel pour communiquer avec ses enfants, connaître ses peurs, ses aspirations… que de passer par des moments de complicité, d’échanges et de jeux. Ce jeu « un brin de jasette » condense tout cela ! En plus de faire lire un tout petit peu. Tous les participants doivent répondre à une question en développant leurs réponse à l’aide d’exemples précis. Les parents répondent aussi aux questions, en se rappelant « à leur époque » « quand ils avaient l’âge de leurs enfants ». Ces derniers sont friands d’anecdotes concernant leurs parents!

Il existe des « brins de jasette » pour divers âges. Je dirais que l’on peut commencer dès cinq ans si on lit pour l’enfant la ou les questions…

CE MONDE D’ECRANS : EST CE BIEN RAISONNABLE ? et petit bémol…


Les écrans nous captivent. En entretien, bon nombre de parents (souvent les pères) jouent avec leur clavier, voire envoient des textos. Au spectacle (je vous assure !), un petit gars de cinq/ six ans a sorti sa console sous les regards de ses grands parents qui n’ont pas moufté !

Sous prétexte de vivre avec notre temps, nous offrons des jeux didactiques sur ordinateurs, des jeux pour consoles (nomades ou pas), des jeux pour le téléphone portable qui est parfois un petit ordinateur à lui seul… L’écran nomade mini ordinateur vient aussi proposer son lot de jeux téléchargeables. Et n’oublions pas les dessins animés pour rendre intelligents sans parler des chaînes dédiées jour et nuit à ce noble objectif d’instruire….

Et comme les adolescents sont « frustrés », on nous invente le téléphone-ordinateur qui fait tout même internet sauf téléphone ! Ce génial engin est adressé aux plus de treize ans. Il est interdit avant. Merci monsieur le constructeur de l’avoir noté mais si on vous l’achète pour un plus petit, vous nous en empêchez ?
Mon fils de neuf ans m’en a demandé un. Il faut dire qu’un de ses camarades en possède un (oui ?!) et que les enfants sont très bien informés. Les informations publicitaires de RADIO-ECOLE se propagent du collège à la primaire voire la grande section de maternelle avec une rapidité surprenante !

Du reste, grâce à RADIO ECOLE, j’apprends une foule de choses !! Ex : les feuilletons où exercent médecins légistes et criminels en série sont vus par des huit neuf ans… Au cours d’un quizz organisé en classe verte, ma fille s’est plainte de ne pas connaître les musiques proposées. Elle a compris que c’était  » à cause de sa mère »! En effet, les génériques passés étaient en partie inspirés de ces feuilletons. pour en citer un : N.C.I.S. Ma fille avait dix ans. Elle a râlé en rappelant cette humiliation mais en même temps j’ai senti qu’elle savait bien que c’était « pour son bien » si maman « qui est pédopsy vous comprenez » ne veut pas… Et quel est un de nos rôles si ce n’est de les protéger? Raisonnablement mais quand même de les protéger. Et les écrans font des ravages!
Et si vous pensez « mais on n’y peut rien », vous vous trompez. Vous êtes l’adulte.

Connaître l’univers parallèle où vit notre enfant nous aide à rester vigilant….

Je vous invite à NE PAS VIVRE AVEC VOTRE TEMPS… un peu mais pas trop. Et pour les enfants?

Cependant je tiens à temporiser mes propos car ces mini ordinateurs peuvent aussi être des collaborateurs pour l’éducation , l’apprentissage et ce serait bête de s’en priver!!!!

Vive les feux d’artifices! Mais….La vie n’est pas un feu d’artifice perpétuel…


Certains parents soucieux du bonheur de leur enfant, multiplient les sorties, les activités réjouissantes sans parler des cadeaux….chaque week end est dévolu au plaisir de(s) enfant(s) lesquels sont épargnés de l’Ennui, de la Frustration…Et pourtant il en faut « des moments de creux » pour pouvoir jouer, créer pour que l’enfant apprenne à puiser dans ses ressources et les développer. Des sorties OUI ! Mais à petites doses… Siouplaît!